Jun 11, 2021 • 6M

🎞️📑 L'abrégé du vendredi - ☠️👹 Tuer Moloch | Ameen Soleimani & Kevin Owocki

Ethereum est l'arme qui permettra à l'humanité de tuer Moloch

FlowBear
Comment
Share
 
1.0×
0:00
-6:05
Open in playerListen on);
Episode details
Comments

⚙️ Améliorez vos compétences en finance décentralisée toutes les semaines. Inscrivez-vous gratuitement au programme Bankless 🏴 ci-dessous.


🔋 Le financement de BanklessFR

Nous sommes un média indépendant et nous finançons le projet uniquement par ces moyens, ce qui nous permet de nous nous soucier exclusivement de nos lecteurs 💪. Pas de pub, pas de sponsor. Un grand merci pour votre soutien 🙏.

Superfluid : stream x DAI / mois


Chère Nation Bankless,

Aujourd’hui il est sujet du problème de la coopération : Ethereum serait-il l’outil le plus à même de le résoudre ?

FlowBear nous propose de répondre à cette question au travers de cet abrégé. Ameen et Kevin tentent justement de le résoudre, de différentes manières, au sein de leur projet respectif.

Bonne écoute et bonne lecture, passez un excellent weekend,

Let’s be Bankless 🏴 ,

Jon & Brice


📅 Les événements à ne pas manquer


📽️ Le replay de la semaine


🎧 Le podcast NFT de la semaine

Nous vous proposons à l’écoute Meebits vs Bored Apes : Le combat NFT de l’année, le podcast de NFT morning de la semaine dernière à ne pas manquer ! Les animateurs du podcast ont reçu Raphaël et Briyan pour comparer les deux projets qui s'opposent farouchement depuis leur lancement.


🤝 DAO en lien avec Bankless FR


☠️👹 Tuer Moloch | Ameen Soleimani & Kevin Owocki

Kevin Owocki et Ameen Soleimani sont respectivement les créateurs de Gitcoin et Moloch DAO. Par l’intermédiaire de ces projets, ils s’attaquent à Moloch, un concept tiré d’un poème d’Allen Ginsberg et popularisé par un post intitulé “Meditations on Moloch” publié en 2014 sur le blog Slate Star Codex.

Moloch symbolise le dieu à la source de tous les maux qui affectent l’humanité.  Guerres, réchauffement climatique, pauvreté, prisons… Moloch est le démon qui pousse les Hommes à poursuivre leurs intérêts personnels, nuisant au bien commun, à prendre la voie de l’individualisme plutôt que celle de la coopération.

Dilemme du prisonnier et tragédie des communs

Une situation bien connue dans la théorie des jeux est le dilemme du prisonnier. Deux suspects sont arrêtés par la police et les agents cherchent à les faire parler, faute de preuve. Les deux ont tout intérêt à coopérer afin d’obtenir la peine la plus courte. Si seulement l’un des deux coopère, il écopera d’une lourde peine tandis que l’autre sera libéré. En l’absence de communication, le choix le plus rationnel pour chacun consiste à dénoncer l’autre. Pourtant, il ne s’agit pas de l’issue la plus optimale faute d’un manque de coopération.

Cette configuration se retrouve dans de multiples contextes : économie, écologie, sport, etc. Par exemple, deux entreprises rivales ont intérêt à s’accorder sur les tarifs plutôt qu’à se lancer dans une guerre des prix qui aboutira à une rentabilité plus faible pour les deux.

De même, le réchauffement climatique est dû à une vision court-termiste, où chacun recherche richesse ou confort au dépend du commun que représente la planète. D’un point de vue individuel, il parait rationnel d’exploiter une ressource limitée plutôt que de laisser un autre s’en emparer. L’intérêt individuel diverge de l’intérêt commun, c’est la tragédie des communs.

Une coopération de plus en plus complexe à établir

L’organisation sociale s’est complexifiée au fil de l’histoire et le besoin de coopération s’en est accru. A l’époque des chasseurs cueilleurs, les choses étaient relativement simples. Les Hommes vivaient en petites communautés, avec des gens qu’ils connaissaient et en qui ils pouvaient avoir confiance. Le développement de l’agriculture, puis la révolution industrielle ont considérablement élargi le périmètre social. Aujourd’hui, à l’heure d’Internet, nous avons besoin de nous coordonner avec des milliers de personnes que nous ne connaissons pas. 

L’humain peut entretenir une relation stable avec un nombre limité de personnes. Cela est conceptualisé par le nombre de Dunbar qui est estimé à 150 individus environ. Cette limite est inhérente à nos capacités cognitives. Il semblerait selon différentes études que cette limite se vérifie également sur les réseaux sociaux. 

Le langage nous aide grandement en permettant le développement de conventions : le temps, l’écriture et les mythes communs (la religion, les empires, les nations, etc.). Autant d’éléments autour desquels les êtres humains peuvent s’organiser.

L’impôt est un mécanisme permettant le financement des communs. Il présente cependant deux inconvénients : il est coercitif (il nous est imposé, on ne choisit pas d’y participer) et seul un nombre très restreint d’individus décide de la manière dont il sera dépensé.

Ethereum nous aide à nous organiser autour du bien commun

Kevin et Ameen voient dans la blockchain un levier permettant de repousser la limite imposée par le nombre de Dunbar en supprimant le besoin de confiance. Kevin est le créateur de Gitcoin, une plateforme qui s’appuie sur le quadratic funding pour financer les biens communs. Quiconque peut effectuer un don au projet de son choix. Le montant total des dons est ensuite pondéré par le nombre de participants. Les projets ayant reçu le plus grand nombre de contributions se verront accorder le bonus le plus important. Cela permet de favoriser les projets qui intéressent le plus grand nombre, par rapport à ceux financés par quelques individus fortunés.

Ameen est quant à lui l’un des fondateurs de Moloch DAO, dont les membres sont incités à coopérer pour financer le développement de l’infrastructure du réseau Ethereum.

Leur objectif est de faire converger intérêts personnels et bien commun afin d’assurer que les projets financés sont ceux que le réseau estime être les plus importants. Le fonctionnement est neutre, transparent et clair pour chaque participant. Ethereum donne la possibilité à quiconque d’expérimenter des initiatives à grande échelle ayant pour objet de créer des choses utiles à la communauté. Des projets tels que Gitcoin et Moloch DAO l’aident à se regrouper autour de ce qui apporte le plus de valeur ajoutée au bien commun.

Kevin et Ameen estiment que le réseau Ethereum offre la possibilité de résoudre le plus ancien problème de l’humanité : la difficulté à coopérer. Parvenir à se coordonner autour d’intérêt communs est primordial. En effet, si le réchauffement climatique ou une guerre nucléaire rendaient la planète invivable, les possessions accumulées individuellement ne seraient plus d’une grande utilité.


🔎 Le zoom sur l'invité

Kevin Owocki et Ameen Soleimani sont respectivement les créateurs de Gitcoin et Moloch DAO.


 💬 🇫🇷 Ce texte est le résumé d’une vidéo en anglais publiée par BanklessHQ le 5 octobre 2020. N’hésitez pas à la visionner si le sujet vous intéresse. Cet article a été écrit par FlowBear et édité par Jon. Source :


📰 Les newsletters & infos pratiques


ℹ️ Nous suivre ailleurs


⚡ Cette newsletter ne fait pas figure de conseil financier ou fiscal. Elle est strictement éducative, il ne s’agit pas de conseils d’investissement ou de propositions d’achat ou tout autre type de décisions financières. Cette newsletter ne comporte pas de conseils juridiques. Parlez-en à votre comptable. Faites vos propres recherches.