Jun 4, 2021 • 7M

🎞️📑 L'abrégé du vendredi - 📱🏰 La Civilisation Crypto | Balaji Srinivasan

Crypto Civilisation et Etats réseaux

FlowBear
Comment
Share
 
1.0×
0:00
-6:55
Open in playerListen on);
Episode details
Comments

⚙️ Améliorez vos compétences en finance décentralisée toutes les semaines. Inscrivez-vous gratuitement au programme Bankless 🏴 ci-dessous.


🔋 Le financement de BanklessFR

Nous sommes un média indépendant et nous finançons le projet uniquement par ces moyens, ce qui nous permet de nous nous soucier exclusivement de nos lecteurs 💪. Pas de pub, pas de sponsor. Un grand merci pour votre soutien 🙏.

Clr.fund : x WXDAI = x + y WXDAI donnés

Superfluid : stream x DAI / mois


Bonjour les Bankless,

Pourquoi l’organisation de ce monde pourrait-elle se diriger vers une Civilisation Crypto ? A quoi pourrait-elle bien ressembler ?

FlowBear nous propose un abrégé d’un podcast de BanklessHQ essayant de répondre à ces questions, et c’est l’invité Balaji Srinivasan, qui s’affaire à la tâche.

Bonne écoute et bonne lecture.

Let’s be Bankless 🏴 ,

Jon & Brice


📅 Les événements à ne pas manquer


📽️ Le replay de la semaine


📰 L’ article de la semaine

Nous vous proposons à la lecture un article provenant d’un média généraliste, Numerama, soit l’article Ethereum passe à la proof of stake : tout comprendre à cette révolution crypto.


🤝 DAO en lien avec BanklessFR

| 🏴 Bankless DAO | 🐓 DAO DeFi France |


📱🏰 La Civilisation Crypto | Balaji Srinivasan

Balaji Srinivasan est entrepreneur et business angel. Ancien CTO de Coinbase, il a également co-fondé plusieurs entreprises dont Earn.com (vendue à Coinbase). Il tient un blog et est à l’origine du site 1729.com, dont l’objectif est de révolutionner le secteur de l’éducation en rétribuant les étudiants en crypto. Les deux fondateurs de BanklessHQ l’ont invité pour une discussion vertigineuse dans laquelle Balaji promet l’émergence prochaine de nouveaux pays, les Etats Réseaux.

Le numérique avant tout

Depuis l’émergence d’Internet, nos vies ont été remodelées en de nombreux aspects. Ces transformations se sont accélérées au cours des dernières années. Pourtant, selon BS, nous n’en sommes qu’au début.

Pour chaque chose existant dans le monde physique, une version numérique voit le jour. La tendance s’est accélérée avec le COVID : les interactions sociales (conférences, concerts, réunions de travail, etc.) se font quasiment toutes à distance et cela va encore s’intensifier. Ce qui n’a pas encore été numérisé le sera bientôt. BS prédit par exemple qu’il sera dans quelques années courant d’organiser des mariages à distance, en mettant à profit les plateformes de réalité virtuelle. Les mariages physiques seront quant à eux réservés aux cérémonies luxueuses.

La perte de confiance envers les institutions

BS estime que l’Etat risque de subir le même sort. Les institutions ont perdu en légitimité ces dernières années avec l’émergence d’Internet. L’information est créée et circule de manière beaucoup plus décentralisée qu’auparavant. Les médias n’ont plus le monopole, chacun peut s’exprimer sur Facebook, Twitter ou Youtube, donner son avis et exprimer sa vérité. Ces voix sont discordantes et les points de vue souvent opposés. Un paysan et un parisien branché avaient rarement l’occasion d’échanger leurs points de vue avant l’invention des réseaux sociaux. Aujourd’hui, ils se disputent dans les commentaires d’un post Facebook. Internet a bouleversé le secteur de l’information en supprimant les intermédiaires (les médias notamment). Ceux-ci exerçaient un rôle de curateur en lissant l’information et en filtrant les idées extrêmes. 

Ainsi le monde s’est polarisé, la confiance est devenue une denrée rare et l’automatisation a pris le relais. Si l’on considère les réseaux Bitcoin et Ethereum, nous avons des exemples de technologies exploitant le code pour remplacer la confiance. Des personnes aux profils variés et aux opinions diverses s’accordent sur une chose : le registre des transactions. La blockchain comble le vide créé par la perte de confiance envers les banques centrales.

(Dé)centralisation

Le niveau de centralisation fluctue selon les époques, en fonction notamment des évolutions technologiques. A l’image du pendule balançant entre centralisation et décentralisation, BS préfère celle de l’aiguille sur le cadran d’une horloge. Il considère que notre civilisation évolue et que ce progrès est durable. La genèse des Etats-Unis est un exemple d’époque décentralisée. Les moyens de communication étaient rudimentaires et rendaient complexes la coordination à l’échelle d’un pays. La société était ainsi décentralisée par nature. L’invention du téléphone a créé un contexte plus propice à la centralisation, qui a par exemple culminée dans les années 50. Du côté économique, le marché était dominé par quelques énormes entreprises et une poignée de médias tout-puissants. Le communisme et la démocratie étaient quant à eux des régimes politiques qui légitimaient le recours à un pouvoir puissant et centralisé. 

Les institutions qui nous gouvernent aujourd’hui ont été créées à cette époque d’intense centralisation. La donne a changé : le développement d’Internet et des réseaux sociaux ont affaibli l’Etat Nation. Il est temps d’imaginer un nouveau système adapté à notre époque.

Une civilisation crypto

BS définit le pouvoir de la blockchain de la manière suivante. Il existe deux types de vérités : 

- les vérités politiques basées sur un consensus social (le nom du CEO d’une entreprise, la valeur d’un actif, l’emplacement d’une frontière, etc.)

- les vérités scientifiques (le nombre de feuilles que possède un arbre, le nombre de cellules constituant un être vivant, etc.)

La blockchain transforme les vérités politiques en vérités scientifiques par le biais du code et des smart-contracts.

BS imagine une civilisation crypto qui mettrait ce pouvoir à profit. L’Etat Nation serait remplacé par un Etat Réseau : un pays d’abord créé dans le cloud, dont les citoyens partageraient des valeurs et objectifs communs, animés d’un même sentiment d’appartenance. 

- L’économie serait organisée autour d’une monnaie décentralisée et du télétravail

- Les premières villes seraient construites en réalité virtuelle

- Le territoire viendrait dans un second temps, une fois ce réseau établi. Les citoyens pourraient alors financer l’achat ou la location d’un territoire de manière participative

- La blockchain permettrait d’établir une identité virtuelle ou encore de mettre en place un système de références professionnelles basé sur la cryptographie 

BS appelle à faire table rase du passé. Ne pas se baser sur des modèles obsolètes pour imaginer le futur mais plutôt partir d’une feuille blanche pour dessiner les nations du 21ème siècle.


🔎 Le zoom sur l'invité

Balaji Srinivasan est entrepreneur et business angel. Ancien CTO de Coinbase, il a également co-fondé plusieurs entreprises dont Earn.com (vendue à Coinbase). Il tient un blog et est à l’origine du site 1729.com, dont l’objectif est de révolutionner le secteur de l’éducation en rétribuant les étudiants en crypto.


 💬 🇫🇷 Ce texte est le résumé d’une vidéo en anglais publiée par BanklessHQ le 30 novembre 2020. N’hésitez pas à la visionner si le sujet vous intéresse. Cet article a été écrit par FlowBear et édité par Jon. Source :


📰 Les newsletters & infos pratiques


ℹ️ Nous suivre ailleurs


⚡ Cette newsletter ne fait pas figure de conseil financier ou fiscal. Elle est strictement éducative, il ne s’agit pas de conseils d’investissement ou de propositions d’achat ou tout autre type de décisions financières. Cette newsletter ne comporte pas de conseils juridiques. Parlez-en à votre comptable. Faites vos propres recherches.