💭 La réflexion du mercredi - 🏴 Une Nation Bankless - Partie I

Bitcoin et Ethereum sont des nations numériques ;  un nouveau paradigme sur la façon dont les humains s'organisent et se coordonnent


⚙️ Améliorez vos compétences en finance décentralisée toutes les semaines. Inscrivez-vous au programme Bankless 🏴 ci-dessous.


🔋 Le financement de BanklessFR

  • ⚡ Sur clr.fund, sur le L2 XDAI, le CLR matching a commencé le 11 décembre et se termine le 25 décembre (tuto en anglais)

  • 🤖 Sur Gitcoin.co, vous êtes 85 à nous avoir soutenus lors de ces derniers Gitcoin Grants, merci !

  • 🎴 Sur Rarible, vente de cartes NFT collectionnables, 3/10 restantes au prix de base

  • 📟 Adresse Ethereum : banklessfr.eth / 0x7B187f598B910374109222BaC494F508a49bD209

Nous sommes un média communautaire et nous finançons le projet uniquement par ces moyens, ce qui nous permet de rester totalement indépendants 💪. Pas de pub, pas de sponsors. Un grand merci pour votre soutien 🙏.

Un don de 1 wxDAI = 1 + ? wxDAI


Chers Bankless,

Les extraterrestres visitent la terre. Ils voient nos villes, notre technologie, notre code moral.

Ils sont curieux - que faites-vous ici ?

Les humains répondent - on essaie de se coordonner.

La coordination.

C'est le progrès humain en un mot.

Et que se passe-t-il lorsque nous inventons une meilleure façon de coordonner - une nouvelle nation ?

David va explorer la Nation Bankless aujourd’hui, et pour encore quelques mercredis.

Let’s be Bankless 🏴 ,

- Jon & Brice


📅 Les événements à ne pas manquer


📽️ Le replay de la semaine


🏴 Une nation Bankless - Partie I

Durée de lecture : 8 min // Difficulté : moyenne

Auteur Bankless : David Hoffman, conseiller de RealT, animateur de Bankless, & animateur de POV Crypto

Dans cet essai, je décompose le concept de "nation" en ses composantes fondamentales afin d’avoir un meilleur sentiment de ce qu'est une "nation". Ensemble, nous reviendrons sur l'histoire et passerons à la loupe des exemples historiques de nations, nous résumerons ce qui a fait leur succès et nous étudierons ce qui les a fait s'effondrer. Nous terminerons par une illustration de la façon dont Bitcoin et Ethereum sont les prochaines itérations de Nations. Bien que les nations numériques comme Bitcoin et Ethereum existent dans un nouveau paradigme, elles incarnent les rôles et les constructions similaires des nations qui sont allées et venues à travers le temps. 

La deuxième moitié de cet essai explore ces nations numériques à un niveau plus profond, notamment en ce qui concerne l'individu et la façon dont elles peuvent avoir un impact significatif sur la vie d'une personne.

Les nations numériques

De l'extérieur, cette sphère est souvent appelée le milieu des "crypto-monnaies" ou l’industrie de la "blockchain". Cette nomenclature est terriblement inexacte, et elle dissimule et réduit ce que ces systèmes sont réellement.  

  • Le terme "crypto-" fait référence à la cryptographie, qui est le système mathématique de preuves et d'assurances qui sous-tend les règles de mise à jour du système, mais qui n'est pas le système lui-même.  

  • La "-monnaie" désigne l'actif natif rare de chaque système composé, mais n'est pas le système lui-même

  • La "blockchain" fait référence à la base de données du grand livre partagé ; la source de vérité qui est utilisée par tous les autres composants qui constituent le système, mais qui n'est pas le système lui-même.  

C'est un exemple parfait de la parabole "Les aveugles et l’éléphant". Aucun de ces éléments ne représente le système dans son intégralité. Donner à ces systèmes le nom d'un de ses composants, c'est l’arbre qui cache la forêt. Qualifier Bitcoin de "blockchain", c'est réduire son véritable potentiel.  

Ces systèmes sont des assemblages holistiques de différents composants interconnectés, tissés ensemble par un système d’incitations, d'agents rationnels et d'entrées/sorties. Le produit émergent de cette composition est bien plus grand que la somme de chaque partie prise individuellement. Il a été difficile de trouver un nom précis pour le produit émergent de ces systèmes. En fait, le seul nom qui englobe vraiment l'ensemble de ces systèmes est le nom lui-même : Bitcoin et Ethereum.

Mais en réalité, Ethereum et Bitcoin sont des néo-nations. Comme les nations physiques, Bitcoin et Ethereum sont des systèmes composés de systèmes d’incitations, d'agents et d'entrées/sorties. Ce sont des corps unifiés de parties prenantes, d'agents économiques, de logiciels et de matériel. Comme les nations qui les ont précédées, elles agissent comme des outils, ou des infrastructures, qui permettent aux individus d'atteindre leurs objectifs personnels.  

Définir une nation

Définition d'une "nation" selon Wikipédia :

Une nation est une communauté stable de personnes formée sur la base d'une langue, d'un territoire, d'une histoire, d'une ethnicité ou d'une structure morale commune se manifestant dans une culture commune.

Cette définition d'une Nation est biaisée en faveur des États-nations physiques que nous connaissons aujourd'hui - États-Unis, France, Chine, etc. Plus largement, cependant, une nation est un schéma organisationnel que les humains utilisent pour s'organiser et s'orienter par rapport au monde qui les entoure. Les nations sont des systèmes que les humains utilisent comme échafaudage pour leurs activités quotidiennes ; elles créent la structure des éléments constitutifs qui les composent. Non seulement de nombreuses nations sont venues et sont reparties au fil du temps, mais de nombreux types de nations ont émergé, ont mûri, ont vieilli, puis sont finalement morts, tandis que de nouvelles nations naissaient à leur place.

Organisme-Nation

Une nation est un système composé de nombreuses parties indépendantes, chacune travaillant pour atteindre ses propres objectifs. Ces composantes indépendantes sont tissées ensemble par un protocole central qui produit un consensus et une coordination entre chaque composante. L'objectif de chaque composante indépendante est de s'épanouir au mieux de ses capacités, et la production collective de toutes les composantes aide le système composé à atteindre son objectif principal : produire un environnement sain et nourrissant pour chaque composante. Le succès de chaque composant individuel contribue au succès du système dans son ensemble, qui peut alors produire un meilleur environnement dans lequel les composants peuvent fonctionner. C'est cette boucle de rétroaction qui permet à l'organisme-Nation de se développer.

Les nations sont comme des organismes. Ce sont des créatures dotées d'organes internes, de moyens de protection et d’attaque. Elles consomment des ressources, génèrent des produits et produisent des déchets. Elles sont principalement concernées par leur propre survie. Elles disposent de systèmes défensifs et offensifs qui les maintiennent en vie. Elles vivent dans un endroit où la pénurie est présente et doivent rivaliser avec les autres pour faire ce qui est le mieux pour elles. Les nations se regroupent souvent afin d'améliorer leurs chances individuelles de réussite. 

Les nations sont des outils dont les humains se servent pour accéder à la stabilité dans leur vie. Elles offrent des structures organisationnelles dont les gens dépendent pour la coordination, la confiance et la protection. La nation assure sa subsistance en prélevant des impôts, que les gens sont largement heureux de payer tant qu'ils perçoivent le coût comme un bénéfice global. La nation protège et organise le peuple, le peuple paie les impôts pour l'entretien de la nation. 

Une nation est : 

  1. Un réseau maillé de composantes indépendantes

  2. Un protocole permettant à ces composantes d'interopérer et de communiquer

Le protocole permet aux composants de s'assembler de manière transparente et efficace afin que les efforts d'un composant profitent aux autres. Le protocole est responsable de la coordination de tous ses éléments constitutifs. Plus un protocole est rapide et efficace pour coordonner deux éléments constitutifs, moins la nation consomme de ressources. Ainsi, la production de l'économie est maximisée, ce qui permet de poursuivre la croissance des composants constituant la nation.

Le protocole d'une nation est son ADN. C'est le code qui dicte comment le reste du corps doit se former et se développer. Le corps d'une nation est constitué de différents systèmes et agents à différentes échelles :

  • Les cellules : les individus d'une nation ; principalement concernées par leur propre survie et leurs moyens de subsistance. Chaque cellule a un rôle spécifique et ne connaît que son propre environnement local

  • Les organes : des collections de cellules qui se sont organisées naturellement pour atteindre un objectif plus vaste. 

    • Le cœur (livraison de ressources)

    • Le foie (système de santé)

    • Le cerveau (gouvernement)

    • Les reins (élimination des déchets) 

    • La peau (frontières et militaires) 

    • Le système immunitaire (police)

      Les organes d'une nation sont les institutions qui constituent les fonctions clés de la survie de la nation dans son ensemble, et une défaillance d'un seul système peut entraîner la défaillance de tous les autres.

  • Le corps : le corps est le résultat émergent du fonctionnement efficace des organes constitutifs. Le corps est la nation.

Utiliser ce point de vue pour regarder l'histoire offre une perspective différente sur ce que sont les nations, ainsi qu’une perspective différente sur la façon dont elles agissent. Les différentes nations offrent un terrain plus ou moins favorable à leurs composants. Les différences d'ADN entre les nations font une différence cruciale dans la façon dont la nation se manifeste à maturité et dans son succès à long terme. Jusqu'à présent, la "nation éternelle" n'existait pas ; elles naissent, se développent, mûrissent et meurent toutes. Chaque nation est relativement adaptée au monde qui l'entoure. L'environnement changeant qui entoure une nation la met à l’épreuve et met au défi sa capacité à s'adapter à de nouveaux types de stress et à un nouvel environnement. 

L’évolution de la Confiance

Si l'on considère l'évolution de l'histoire humaine d'un point de vue macroéconomique, l'accroissement de la confiance, de la coordination et du commerce entre des groupes de personnes plus importants pourrait être considéré comme l'objectif principal de l'espèce humaine jusqu'à présent.

Si quelqu'un nous demandait : "Que faites-vous ici ?", les humains pourraient répondre : "Nous essayons de nous coordonner !” Ou peut-être que les humains ont d'abord besoin de "se coordonner" pour pouvoir commencer à formuler une réponse à la question "Quel est notre objectif collectif ?” Quoi qu'il en soit, notre objectif premier en tant qu'espèce est de créer une nation qui puisse permettre une coordination à une échelle suffisamment grande pour que nous puissions commencer à travailler collectivement vers un but commun. 

Les nations qui ont été découvertes et construites au fil du temps ont montré des résultats différents dans leur capacité à accroître la confiance et à permettre le commerce. La capacité d'accroître la confiance et d'organiser les hommes dépend de l'efficacité et de l'efficience de la nation. Toutes les nations ne sont pas douées pour organiser les gens, et les nations qui ne sont pas efficaces pour accroître la confiance finiront par succomber à celles qui sont meilleures à ce niveau. C'est la marche naturelle de l'évolution et du progrès. 

Le nombre de Dunbar

Le nombre de Dunbar est une limite cognitive supposée du nombre de personnes avec lesquelles on peut maintenir des relations sociales stables

Le nombre de Dunbar pour les humains est d'environ 150 personnes. La plupart des espèces, en particulier les mammifères, fonctionnent en groupes sociaux et ont leur propre nombre de Dunbar, qui indique la taille d'un groupe avant que le système social naturel de contrôle et d'équilibre ne s'effondre et que le groupe ne se divise en deux. 

Le nombre de Dunbar est en fin de compte une question de confiance : comment un groupe d'agents peut maintenir une mémoire précise de ceux en qui ils peuvent et ne peuvent pas avoir confiance. Le nombre de Dunbar soutient qu'il est impossible de connaître plus de 150 personnes avec suffisamment d'informations sur chaque individu pour maintenir une relation de confiance entre chacun. 

Les manifestations réelles du nombre de Dunbar se retrouvent dans les différentes façons dont les espèces comprennent et agissent en fonction de l'équité (et donc de leur confiance envers les autres). Voici trois exemples marquants qui illustrent la manière dont tous les mammifères se plient à la confiance : 

  1. Les chauves-souris vampires consomment chaque nuit de 50 à 100 % de leur poids corporel en sang. Une chauve-souris qui ne s'approvisionne pas en nourriture périra rapidement, à moins qu'elle ne puisse solliciter de la nourriture auprès d'un ami. La clé de la survie de ces animaux est un système élaboré de partage de la nourriture, qui est basé sur l'altruisme réciproque, et la confiance dans le fait que si vous ne trouvez pas de nourriture, vos proches vous couvriront. Plus important encore, les chauves-souris qui refusent de partager leur nourriture avec un ami dans le besoin, ne pourront rien obtenir des autres à l'avenir.

  1. Deux singes rhésus sont récompensés pour avoir accompli une tâche. L'un est récompensé par un concombre (une friandise correcte), tandis que l'autre est récompensé par un raisin (une bonne friandise !). Le premier singe rhésus refuse d'accepter la friandise au concombre en signe de protestation ! La confiance que le singe rhésus avait dans son gardien est brisée, à cause du favoritisme évident. 

  1. Les bébés. Même avant l'âge d'un an, les bébés ont compris la signification de l'équité, et l'avantage de la confiance et de la collaboration. Regardez les enfants qui observent un spectacle de marionnettes mettant en scène certaines marionnettes aidant les autres, et d'autres marionnettes ne les aidant pas. Par la suite, les bébés montrent une nette préférence pour les marionnettes qui se sont révélées utiles aux autres marionnettes en les aidant à atteindre leurs objectifs, apparemment parce qu'ils savent qu'ils peuvent faire confiance à cette marionnette !

Lorsqu'il s'agit de relations, la confiance est un facilitateur. La confiance est le substrat qui sous-tend non seulement les familles et les amitiés, mais aussi les entreprises commerciales et les économies. Les échanges et l'activité économique entre des parties de confiance sont plus faciles et plus efficaces lorsque les parties se font mutuellement confiance.

La vision macroscopique de l'espèce humaine nous montre que nous découvrons de nouveaux et meilleurs systèmes pour établir des niveaux de confiance plus élevés, sur de plus grandes distances. Le nombre de Dunbar ressemble à la couche basale des systèmes de confiance, créée par l'aptitude évolutive des groupes sociaux sur les individus. Chaque nouvelle nation que les humains ont découverte a été établie sur les bases de la confiance envers les autres. 

Dualité protocole-économie

Les protocoles soutiennent les économies qui soutiennent les protocoles. 

Les nations, ou les schémas organisationnels, sont des protocoles. Les protocoles dictent les règles du système, afin d'établir des normes auxquelles chacun peut se fier. Les protocoles, et la normalisation qu'ils créent, sont essentiels à l'efficacité. Si chacun peut supposer que tous les autres fonctionnent selon les mêmes normes, la lourde tâche de la coordination est déjà effectuée. 

Le "Protocole Internet" ou IP, est le protocole de communication que les ordinateurs utilisent pour établir des connexions. L'ensemble de l'Internet repose sur le fait que tous les ordinateurs utilisent le même protocole IP. Il est tout à fait possible de construire un tout nouvel internet avec un tout nouvel IP, mais puisque nous utilisons déjà nos protocoles actuels (et qu'ils fonctionnent très bien), tout le monde doit utiliser ces protocoles pour se connecter à "Internet". 

Comme tout le monde utilise la même adresse IP, tout le monde est sur le même Internet. En conséquence, l'internet a été une énorme aubaine pour la productivité mondiale, non seulement en matière de communication et de commerce, mais aussi de socialisation interpersonnelle et de création de culture. 

L'objectif d'un protocole est d'accroître la vitesse et l'efficacité avec lesquelles l'homme peut progresser. Le terme "progrès" est utilisé ici de manière extensive ; les protocoles nous aident à atteindre plus rapidement nos objectifs individuels ou collectifs, quels qu'ils soient. 

La religion, les États-nations, l'Internet, les accords commerciaux, tous ces éléments représentent des protocoles qui dictent la manière dont on doit communiquer et se coordonner avec les autres. Chacun de ces éléments donne des règles et des règlements prescriptifs qui doivent être suivis collectivement pour que le protocole fonctionne et pour que les personnes qui l'utilisent puissent progresser. 

Protocoles neutres et non neutres

Les protocoles permettent l'efficacité, mais ils ne dictent pas où cette efficacité doit être dirigée ; seuls les humains peuvent le faire. Les protocoles neutres n’établissent pas ce que nos objectifs devraient être, ils nous aident seulement à les atteindre

Tout au long de l'histoire, nous avons vu des exemples de protocoles dans lesquels des valeurs humaines subjectives étaient "incorporées". Ces protocoles ont tendance à faire des ravages à maturité. Lorsqu'un protocole non neutre a le monopole de son domaine, il peut exercer ses influences subjectives de manière incontrôlée. Voir : toutes les guerres et conflits religieux, la Russie communiste, la révolution maoïste.

Les meilleurs protocoles sont ceux qui n'ont pas de valeurs subjectives "ancrées" au niveau du protocole. Internet en est un bon exemple ; l'utilisation d’Internet ne vous oblige pas à devenir communiste pour pouvoir l'utiliser. C'est pourquoi la séparation de l'Église et de l'État est si importante ; les valeurs subjectives de l'Église ne doivent pas être imposées à ceux qui ne se considèrent pas comme faisant partie de l'Église. La possibilité de se soustraire à un protocole est essentielle. Un protocole devrait être une infrastructure permettant à l'individu d'exprimer ses propres valeurs et désirs, mais pas de les imposer aux autres

Pour favoriser l'économie

De bons protocoles nous aident à atteindre nos propres objectifs sans nous dicter ce que doivent être ces objectifs. Cela peut être difficile, car les objectifs de nombreuses personnes sont en conflit les uns avec les autres. La seule façon dont un protocole peut tous nous aider tous à atteindre nos objectifs, sans profiter à une personne ou à un groupe en particulier, est de limiter la portée d'un protocole. 

Les bons protocoles favorisent les économies, et seulement cela. Une économie forte, robuste et riche est la façon dont un protocole aide chacun à atteindre ses propres objectifs personnels, sans avoir à se préoccuper de la nature de ces objectifs. Produire une économie forte est la meilleure façon pour un protocole de nous aider à atteindre nos propres objectifs subjectifs tout en gardant une neutralité crédible sur ce que ces objectifs devraient être. L'"économie" est un outil que les gens utilisent pour atteindre leurs objectifs personnels, et un protocole neutre établit une économie neutre. 

Suite la semaine prochaine !


Les idées et les concepts abordés ici reposent en grande partie sur des propos de :


👉 Actions à entreprendre

Participez à la Nation Bankless 🏴 :

  • Et en nous rejoignant sur le channel Telegram DeFi Francophone :

Channel Telegram DeFi Francophone


🔎 Zoom sur l'auteur

David Hoffman est un conseiller de RealT et l'hôte de POV Crypto. Il écrit sur les thèmes de la DeFi et d'Ethereum. Découvrez aussi son exposé sur la manière dont l'ETH accroît sa valeur.


🇬🇧 💬 🇫🇷 Cet article est une traduction d'un contenu original publié sur Bankless le 10 juin 2020. Cette traduction a été éditée et traduite par Jon.


🌱 N’hésitez pas à partager cette newsletter, de manière à faire grandir notre communauté.

Share BanklessFR


📚 Sommaires


📰 Newsletters & infos pratiques


⚡ Cette newsletter ne fait pas figure de conseil financier ou fiscal. Elle est strictement éducative, il ne s’agit pas de conseils d’investissement ou de propositions d’achat ou tout autre type de décisions financières. Cette newsletter ne comporte pas de conseils juridiques. Parlez-en à votre comptable. Faites vos propres recherches.