💭 La réflexion du mercredi - 💫 Le BTC tokénisé est-il favorable pour l’ETH ?

Pourquoi la présence de BTC trustless sur Ethereum est-il un argument en faveur de la valorisation de l'ETH ?


🚀 Soutenez la newsletter en la finançant et/ou en partageant son appel à financement. Jusqu’au 2 octobre, votre don sera complété par le CLR Matching, nous permettant ainsi d’obtenir encore plus de fonds.

Donner sur Gitcoin


Chers Bankless 🏴,

Un autre actif tombe dans le trou noir d’Ethereum. Cette fois-ci, il s’agit du BTC.

Il est facile de transférer des BTC sur Ethereum de manière non trust-less. wBTC incarne ceci, vous avez juste à faire confiance à BitGo et à ses émetteurs. Mais que faire si vous voulez des BTC les plus trust-less possible sur Ethereum ?

C'est le Saint Graal. Plusieurs projets l'ont tenté et ça a fait beaucoup de bruit.

Ces efforts empêchent-ils l'accroissement de la valeur de l'ETH ? Lucas les explore sous l'angle de la bande passante économique.

Vous allez sûrement être surpris par ses prises de position.

- Jon & Brice

P.S. N'oubliez pas d'envoyer un DAI au grant de BanklessFR avant le 2 ! Une donation d’un DAI nous rapporte 37 DAI !


📅 Événements à ne pas manquer


💭 LA RÉFLEXION DU MERCREDI

💫 Le BTC tokénisé est-il favorable pour l’ETH ?

Durée de lecture : 8 min || Difficulté : facile

Auteur : Lucas Campbell de Fitzner Blockchain Consulting & de DeFi Rate

L'éminent Bitcoiner Anthony Pompliano a tweeté ceci il y a quelques semaines :

Bien que Pomp ne soit pas connu pour être un aficionado d'Ethereum, il a souligné un point intéressant sur l'avenir de la DeFi :

  • soit (a) la DeFi sera construite sur Bitcoin,

  • soit (b) le BTC sera transféré sur Ethereum via quelque chose comme le tBTC. 

La DeFi ne sera pas construite sur Bitcoin

De mon point de vue, la première option est moins susceptible de se produire. Le principal argument en faveur de la DeFi sur Ethereum est le suivant : tout autre réseau cherchant à populariser les applications DeFi sur sa plate-forme devra rivaliser avec la composabilité d'Ethereum.

Pour ceux qui ne connaissent pas le sujet, la composabilité fait référence au concept de pouvoir combiner deux ou plusieurs composants pour en faire une combinaison ou une solution unique - un peu comme un ensemble de Légo. 

Sauf que dans notre cas, ce sont des Légo financiers

Votre réseau a-t-il tout ceci ?

Compound (prêt permission-less) et MakerDAO (stablecoin permission-less) sont chacun un Légo financier. Ils permettent aux développeurs de construire et d’expérimenter en utilisant ces briques pour créer des applications financières entièrement nouvelles. 

Imaginez que vous essayez de créer PoolTogether, une loterie sans perte, sur n'importe quel autre réseau. Le réseau nécessiterait un stablecoin permission-less (c'est-à-dire un équivalent de MakerDAO) et un protocole de prêt permission-less (un équivalent de Compound) pour pouvoir construire l'application. 

Et ce n'est que le début. Au fur et à mesure qu'Ethereum mûrit, ses applications évoluent également. Elles deviennent plus puissantes (et plus complexes) avec l'augmentation des Légo financiers disponibles. Regardez Augur v2 par exemple. 

La prochaine version d'Augur nécessite les Légo suivants :

  • deux protocoles de liquidité

  • deux portefeuilles non-custodial (dont vous et vous seul détenez les clés privées)

  • une solution d'identité

  • un fiat on-ramp (un accès facile à l’achat de crypto via les monnaies classiques, comme l’euro)

  • un stablecoin permission-less (c'est-à-dire le DAI) 

En fin de compte, l'argument le plus fort qui assure l'avenir d'Ethereum et de la DeFi, est la composabilité

Plus il y a de Légo financiers disponibles, plus les effets de réseau sont forts et plus les douves du château Ethereum deviennent profondes. Tant que d'autres réseaux ne disposent pas d'un écosystème diversifié de Légo financiers permission-less, Ethereum restera probablement la plateforme DeFi par défaut. 

Et il faudra du temps (probablement des années) pour que d'autres réseaux atteignent ce point même si Bitcoin avait l'expressivité nécessaire pour le faire. Pour ajouter au défi, tous les protocoles financiers doivent être liquides et dotés de milliards (voire des milliers de milliards) de dollars de capitaux. 

Pendant ce temps, Ethereum et la DeFi continuent de se développer - et rapidement. Ce qui signifie qu’il faut non seulement rattraper l'Ethereum d'aujourd'hui, mais aussi celui de demain.

Compte tenu de tout cela, la deuxième option consistant à amener le BTC sur Ethereum semble être la plus viable, du moins pour l'instant.

Qu'en est-il du BTC sur Ethereum ?

Le BTC est la forme de bande passante économique numérique la plus fiable qui existe aujourd'hui. C'est aussi la forme la plus liquide de bande passante économique. La combinaison de ces deux attributs nous fournit l'une des formes de bande passante les plus attrayantes pour les protocoles monétaires d'Ethereum : la bande passante économique trust-less.

Afin de préserver la confiance envers le BTC dans la DeFi, le mécanisme sous-jacent pour amener le BTC sur Ethereum doit également être aussi fiable que possible, permettant à l'actif de proliférer en tant que bande passante économique trust-less pour les protocoles monétaires d'Ethereum. 

Parlons du tBTC

Cela nous amène au (re) lancement par Keep Network de tBTC, une version de Bitcoin sur Ethereum, dont la confiance est minimisée. Je dis confiance minimisée car il y a toujours un risque d'oracle, un risque technique et un risque d'incitation économique comparé au BTC originel, sur Bitcoin.

Le tBTC a été relancé il y a peu. Ce lancement permet aux utilisateurs de déposer des BTC, de frapper de la monnaie, de racheter des tBTC, et de les utiliser dans des applications Ethereum de la DeFi.

Avec l'introduction du tBTC, il semble qu'il y aura une forme alternative de monnaie saine qui pourrait servir de bande passante économique relativement fiable pour la DeFi. Et beaucoup d'autres encore. La capitalisation du BTC est de 134 milliards de dollars au moment de la rédaction de ce document.

Cela signifie-t-il que le BTC va remplacer l'ETH comme principale forme de bande passante économique trust-less pour la DeFi, rendant ainsi l'ETH inutile ? Non.

Le tBTC ne remplacera pas l'ETH comme bande passante économique trust-less sur Ethereum, elle le consommera.

Le tBTC est un consommateur net de bande passante économique

La conception du tBTC repose sur un sur-adossement en éther pour sécuriser chaque tBTC du réseau (150 % proposés dan la v1). 

En d'autres termes, pour chaque tranche de 100 dollars de tBTC sur Ethereum, il faudra au moins 150 dollars d'ETH bloqués dans “un vault/une chambre forte tBTC", avec un minimum de 50 dollars de bande passante économique sur Ethereum.

Cela signifie que le tBTC consomme une bande passante économique trust-less plutôt que de la créer.  

Au rapport actuel BTC/ETH, 1 tBTC consomme plus de 64 ETH. 

Que se passerait-il donc si le tBTC devenait très populaire sur Ethereum et sur les protocoles financiers de la DeFi ? 

Quelle proportion de la bande passante économique trust-less d'Ethereum le tBTC consommerait-il ? 

Si l'on considère la capitalisation du BTC (ou la bande passante économique totale) de 134 milliards de dollars, 1 % de l'offre restante représenterait 1,34 milliard de dollars en tBTC. En retour, cela nécessiterait au moins 2,01 milliards de dollars en ETH comme garantie trust-less pour soutenir l'actif, consommant environ 10 % de la bande passante économique trust-less actuelle sur Ethereum

À 5 % de la capitalisation ? Le tBTC nécessiterait 10,5 milliards de dollars en ETH collatéralisé soit 56 % de la bande passante économique disponible

Enfin, si 10 % de l'offre actuelle de Bitcoin était tokénisée via le tBTC pour alimenter les protocoles financiers d'Ethereum, il faudrait pour cela toute la bande passante économique actuelle de l'ETH (et même plus).

Comment le tBTC consomme-t-il de la bande passante économique (en milliards)

Le point essentiel à retenir ici est que si le tBTC réussit dans la DeFi, il est probable qu'il apportera de la valeur à Ethereum, étant donné que frapper des tBTC nécessite une sur-collatéralisation en ETH.

D'autres formes de BTC trust-less ne produisent pas beaucoup de bande passante

Mais qu'en est-il des autres formes de bitcoin trust-less sur Ethereum qui ne nécessitent pas une sur-collatéralisation en ETH ? Ren Protocol est un candidat potentiel à ce niveau.

Plutôt que de s'appuyer sur de l'ETH collatéralisé, Ren utilise un "dépositaire trust-less" (la RenVM) pour tenir un registre des actifs (1:1) sur plusieurs réseaux. 

La RenVM stocke les BTC dans un réseau de nœuds décentralisés appelés des Darknodes, où tous ces Darknodes doivent être associés à 3x la valeur en REN, pour assurer la sécurité économique du système. Au lieu d'utiliser l'ETH en guise de dépôt de garantie comme le fait le tBTC, Ren utilise le REN, son propre token. La valeur du REN est bien sûr directement liée aux revenus que Ren génère. Le REN est une immobilisation, et non une marchandise réserve de valeur qui propose un premium monétaire : dans un marché rationnel, sa valeur serait plafonnée par le flux de trésorerie qu'elle génère.

Bien que la conception de Ren soit intrigante, elle se heurte aux mêmes problèmes de mise à l'échelle auto-référentielle que Synthetix et son SNX. La quantité de renBTC qui peuvent être frappés est limitée par la bande passante économique du REN - environ 40 millions de dollars à l'heure actuelle. 

Cette bande passante économique n'est pas suffisante pour supporter les 134 milliards de dollars de BTC en circulation. 

Voici ce qu'il faut retenir du tBTC et du REN : il est difficile de créer une nouvelle bande passante économique trust-less, de sorte que la plupart des designs de BTC tokenisés trust-less finissent par utiliser de l'ETH ou produisent très peu de nouvelle bande passante.

Et si un BTC tokenisé magique apparaissait ?

Imaginons qu'un modèle de BTC tokenisé magique, évolutif et ne nécessitant pas d'ETH, soit mis au point. Ce magicBTC remplacerait-il l'ETH comme bande passante économique pour les protocoles financiers d'Ethereum ? 

Non. Ethereum a toujours besoin d'ETH.

Même si un magicBTC gagnait d'une manière ou d'une autre la bataille pour les liquidités sur Ethereum (une tâche comparable à celle de battre l'USD dans l'économie américaine), l'ETH a toujours un avantage.

Un mécanisme conçu par Ethereum, appelé EIP-1559, établit un prix pour le blockspace (prix pour l’inclusion de transactions dans les blocs), tandis que le reste de l'ETH payé en frais de transaction est brûlé. Ce mécanisme transforme chaque transaction Ethereum en une consommation nette de bande passante économique.

Avec l'EIP 1559, chaque fois qu'un actif sur Ethereum est envoyé, déposé, emprunté  (et toutes les autres "actions relatives au système monétaire"), une fraction d'ETH sera brûlée, distribuant ainsi un dividende universel aux détenteurs d’ETH.

Si Ethereum réussit à tokéniser des actifs financiers universels tels que le BTC et devient l'infrastructure de la finance mondiale, l’EIP 1559 consolidera l'ETH en tant qu'actif natif d'Ethereum et cette EIP assurera la position du réseau. 

Ainsi, si le magicBTC remplace un jour l'ETH en tant que principale forme de bande passante économique trust-less pour la DeFi, nous pouvons au moins espérer que l'EIP 1559 entraînera une consommation nette de la bande passante économique de l'ETH !

Remarque : le staking est un autre consommateur de l'ETH

Réflexions finales 

En raison des effets de réseau croissants des Légo financiers d'Ethereum, ainsi que de sa composabilité, il est de plus en plus probable qu'Ethereum restera l'infrastructure de la DeFi dans un avenir prévisible. 

Bien que la prolifération du BTC sur Ethereum puisse sembler menacer le statut de l'ETH en tant qu'actif de réserve principal, certains des designs les plus prometteurs du BTC trust-less sur Ethereum nécessitent une sur-collatéralisation d’ETH. Ainsi, des actifs comme le tBTC finissent toujours par consommer plus de bande passante économique trust-less qu'ils n'en créent, ce qui entraîne une augmentation nette de la demande d’ETH.

Et surtout, la mise en œuvre future de mécanismes tels que l’EIP 1559 renforcera la position de l'ETH en tant qu'actif essentiel du réseau. De ce point de vue, le BTC tokénisé est en symbiose avec l'accroissement de la valeur de l'ETH, et donc non parasitaire.

Si Ethereum réussit en tant qu'infrastructure de la finance ouverte et des actifs tokénisés, il y aura une demande pour l'ETH. C'est inévitable. 

Tous les chemins mènent à l'ETH sur Ethereum.


❓ Question à laquelle nous avons répondu

Le BTC tokénisé trust-less produit-il ou consomme-t-il de la bande passante économique sur Ethereum ?


🔎 Zoom sur l’auteur

Lucas Campbell est analyste chez Fitzner Blockchain Consulting & chez DeFi Rate. Il est tombé dans la marmite de la crypto alors qu'il étudiait l'économie à CU Boulder et est finalement devenu membre du conseil d'administration de CU Blockchain.


✔️ Compléter le Skill Cube

Cet article traite de la cohabitation, sur Ethereum, de deux actifs de type monétaire que l’on peut retrouver dans le portefeuille de crypto-actifs modèle. Vous avez donc pu percevoir qu’une symbiose peut exister entre l’ETH et le BTC. Continuez à remplir ce Skill Cube !


🇬🇧 💬 🇫🇷 Cet article est une traduction d'un contenu original publié sur Bankless le 8 avril 2020.


📝 Vous pourrez retrouver une série d’infos pratiques à propos de la DeFi en cliquant ici.


⚙️ Améliorez vos compétences en finance décentralisée toutes les semaines. Inscrivez-vous au programme Bankless ci-dessous.


⚡ Cette newsletter ne fait pas figure de conseil financier ou fiscal. Elle est strictement éducative, il ne s’agit pas de conseils d’investissement ou de propositions d’achat ou tout autre type de décisions financières. Cette newsletter ne comporte pas de conseils juridiques. Parlez en à votre comptable. Faites vos propres recherches.