Jun 16, 2021 • 12M

💭 La réflexion du mercredi - 🦄🗂️ UNI, un token d'oracle ? Partie I

La proposition de Vitalik pourrait changer la façon dont nous valorisons le token UNI. 🚀

Jon Otherbright
Comment
Share
 
1.0×
0:00
-12:10
Open in playerListen on);
Episode details
Comments

⚙️ Améliorez vos compétences en finance décentralisée toutes les semaines. Inscrivez-vous gratuitement au programme Bankless 🏴 ci-dessous.


🔋 Le financement de BanklessFR

Nous sommes un média indépendant et nous finançons le projet uniquement par ces moyens, ce qui nous permet de nous nous soucier exclusivement de nos lecteurs 💪. Pas de pub, pas de sponsor. Un grand merci pour votre soutien 🙏.

Donnez X pour que BanklessFR reçoive X+Y

Superfluid : stream x DAI / mois


Chère Nation Bankless,

Le mois dernier, un évènement intéressant est passé sous notre radar.

Vitalik Buterin (just some guy) a écrit une proposition pour créer un oracle off-chain en utilisant Uniswap, sécurisé par le token UNI.

Les oracles sont un élément crucial pour l'infrastructure de la crypto. Les chaînes publiques sont insulaires (elles ne connaissent pas les données du monde réel), nous avons donc besoin d'oracles de prix pour alimenter la DeFi en données de prix off-chain, comme le prix ETH/USD ! Puisque la DeFi s'appuie sur les données de prix, il est important que nos oracles soient bien conçus et hautement sécurisés.

À première vue, la proposition de Vitalik semblait un peu bizarre... pourquoi Uniswap ?

Uniswap est une place de marché décentralisée, pas un fournisseur d'oracles décentralisés. Les oracles sont maintenant un énorme segment de marché sur lequel travaillent des projets de plusieurs milliards de dollars comme Chainlink.

Comment UNI peut-il être utilisé... et pourquoi ?

Cela pourrait-il devenir un autre mécanisme d'accumulation de valeur pour UNI ?

Nous avons creusé pour le savoir.

Les forums de gouvernance et Githubs... sont les endroits où l’on trouve l'alpha.

Let’s be Bankless 🏴 ,

Jon & Brice


📅  Les événements à ne pas manquer


🎧 Le podcast NFT de la semaine

Nous vous proposons à l’écoute l’Interview de Michael Bouhanna, responsable de la vente Natively Digital chez Sotheby's, il s’agit du podcast de NFT morning de la semaine dernière à ne pas manquer ! Les animateurs, Rem et John, ont reçu Michael pour aborder, entre autres, les sujets de la curation, de l’éducation et de la présentation d’oeuvres NFT en physique au sein de la maison de ventes Sotheby’s.


📰 L’article de la semaine

Nous vous proposons à la lecture cet article du média généraliste Clubic qui aborde la levée de fonds de Ledger, la toute dernière licorne française a rentrer dans ce cercle.


🤝 DAO en lien avec BanklessFR


🦄🗂️ UNI, un token d’oracle :

Décortiquer la proposition de Vitalik

Rédacteur invité : Ben Giove, contributeur Bankless et président de Chapman Crypto.

On ne s'ennuie jamais dans la DeFi. En raison de son caractère open-source, permission-less (non permisionné) et agile, les protocoles sont en constante itération, amélioration et évolution.

Un exemple qui illustre cela est la proposition de Vitalik Buterin pour Uniswap de créer un oracle, en utilisant le token UNI pour le sécuriser. À première vue, cette idée peut sembler un peu étrange, et pose quelques questions. Uniswap est une place de marché décentralisée, pas un service d'oracle. Pourquoi feraient-ils cela ? Et pourquoi les détenteurs d'UNI voudraient-ils que le token soit utilisé de cette manière ?

Au-delà de la confusion et après analyse, cette idée est vraiment très intéressante.

D'une part, c'est la première fois, à notre connaissance, que Vitalik s'immisce dans la gouvernance du protocole ou qu'il partage son point de vue sur la façon dont un actif particulier devrait être utilisé. En outre, bien qu'il ne le mentionne pas explicitement, cette proposition introduit de nouveaux mécanismes d'accumulation de valeur pour le token UNI qui pourraient changer radicalement sa proposition de valeur.

Décortiquons la proposition pour voir à quoi cela ressemblerait en pratique, et les implications pour Uniswap et l’UNI.

Ce qu’il faut savoir à propos des oracles

Avant de nous plonger dans la proposition de Vitalik, rafraîchissons notre mémoire sur ce que sont les oracles, et le rôle qu'ils jouent dans la DeFi.

Les blockchains sont insulaires : Elles sont seulement conscientes des événements qui se produisent on-chain. Sans aucun type d'assistance extérieure, elles ne peuvent pas accéder aux données off-chain. C'est là que les oracles interviennent, car ils fournissent un moyen de combler le fossé entre l'état externe du monde et l'état on-chain d'Ethereum.

Actuellement, les oracles fournissent principalement des données de prix aux applications DeFi, afin qu'elles puissent comprendre la valeur des actifs déposés dans ces applications. Ces informations sont essentielles au bon fonctionnement d'un protocole.

Si l'on prend l'exemple de Maker, ce dernier a besoin de connaître la valeur de la garantie sous-jacente utilisée pour émettre les DAI, au cas où la valeur de la garantie tomberait en dessous de l'encours de la dette en DAI. Si ces données de prix sont incorrectes, corrompues ou manipulées, les liquidations ne pourront pas avoir lieu correctement et le protocole risque de devenir insolvable. Pour cette raison, il est essentiel que les oracles qui fournissent ces données de prix soient très précis et sécurisés.

Bien qu'ils fournissent un service précieux, pour maintenir le niveau de sécurité et de confiance que nous sommes en droit d'attendre lorsque nous utilisons des applications sur un réseau décentralisé, il est essentiel que ces oracles soient également trust-less. À quoi servirait une application décentralisée si les informations nécessaires à son bon fonctionnement dépendaient d'une entité contrôlée de manière centralisée, ou d'une seule source d'information ? Comme pour la couche de base d'une blockchain, pour atteindre cette qualité à être trustless, les oracles décentralisés utilisent des incitations crypto-économiques.

La proposition de Vitalik : Le TLDR

Vitalik suggère qu'Uniswap crée son propre oracle décentralisé, capable de récupérer des données off-chain afin de fournir un flux de prix précis pour les protocoles DeFi.

Il s'agirait d'un système différent des oracles TWAP (time-weighted average price) d'Uniswap qui sont présents sur Uniswap V2 et V3.

Bien que les oracles TWAP soient difficiles à manipuler, leur fonctionnalité est limitée dans la mesure où ils ne sont capables de communiquer que des données on-chain. Au lieu de cela, ce nouvel oracle serait capable de communiquer de manière trust-less des données on-chain et off-chain, en utilisant le token UNI comme mécanisme d'incitation pour assurer la sécurité et coordonner le système.

Utiliser le DVM d'UMA

Vitalik suggère qu'Uniswap développe son oracle sur le modèle du Data Verification Mechanism (DVM) d'UMA.

UMA est un protocole permettant de créer des actifs synthétiques et des produits dérivés "sans prix". À l'instar de nombreux protocoles DeFi que nous connaissons, un créateur de tokens sur UMA déposera une garantie et l'utilisera pour émettre un actif synthétique. Lorsque la valeur de la garantie passe sous un certain seuil, elle peut être liquidée.

UMA se différencie par son processus de liquidation. Comme nous l'avons vu précédemment avec Maker, la plupart des protocoles DeFi se connectent aux flux de prix pour surveiller la solvabilité d'une position, afin de savoir quand la liquider. Cependant, UMA fonctionne différemment : il n'utilise pas de flux de prix continus. Les prix sont plutôt surveillés off-chain, et les positions peuvent être liquidées par des acteurs tiers à tout moment. Parce qu'ils n'utilisent les flux de prix que pendant la liquidation, les produits dérivés sur UMA sont considérés comme "sans prix".

Cela peut amener une question évidente à l'esprit : Quelqu'un ne pourrait-il pas liquider ma position même si elle est encore solvable ? La réponse est oui. Cependant, des incitations crypto-économiques sont en place pour encourager un comportement honnête. Les liquidateurs sont tenus de déposer une garantie avant de liquider une position, dont une partie peut être détruite si la liquidation est contestée. C'est là que l'oracle d'UMA, le DVM, entre en jeu. Le DVM utilise les détenteurs de token UMA pour régler les litiges et s'assurer du bon fonctionnement du système.

Le DVM fonctionne comme suit :

  1. Un litige est soulevé, et une demande de vote est envoyée au DVM (nécessitant le paiement d'une taxe).

  2. Les détenteurs de tokens UMA votent sur le prix correct de l'actif.

  3. Les résultats du vote sont enregistrés on-chain et le litige est réglé (cliquez ici pour en savoir plus sur le processus de résolution des litiges).

Les détenteurs de tokens sont incités à voter correctement par le biais de récompenses UMA. En outre, un vote incorrect ou malveillant pourrait nuire à la réputation de l'UMA et entraîner une baisse de la valeur du token.

En gardant cela à l'esprit, nous pouvons voir que le coût de la corruption du DVM est égal à la valeur de 51% des tokens UMA actifs dans le vote. Si un acteur malveillant devait acquérir ce montant, il pourrait détourner le DVM et voler les fonds qui sont sous sa responsabilité. Pour cette raison, il est essentiel que la valeur de ces tokens soit supérieure à la valeur qu'ils garantissent. Si ce n'était pas le cas, il deviendrait rentable d'acheter tous les tokens UMA et de lancer une attaque. Le protocole est donc clairement incité à maintenir la capitalisation de l'UMA aussi élevée que possible. Pour y parvenir, les frais payés au DVM sont utilisés pour racheter et brûler des tokens UMA.

Ce vecteur d'attaque est la raison principale pour laquelle Vitalik suggère qu'Uniswap et le token UNI conviennent bien à ce type de mécanisme. Avec une évaluation pleinement dilluée de plus de 24 milliards de dollars, Uniswap dispose d'une bande passante économique importante qui peut être mise au service de la sécurité de l'oracle.

Comment cet oracle diffère de Chainlink

Chainlink est le service d'oracle décentralisé le plus populaire, car ses flux de prix ont permis de sécuriser des dizaines de milliards de dollars de valeur pour plus de 240 projets DeFi tels qu’Aave, Synthetix, SushiSwap et Curve. Cette adoption a contribué à propulser le token LINK à une capitalisation pleinement diluée de plus de 25 milliards de dollars. Bien que Chainlink occupe une position dominante sur le marché des oracles, les utilisateurs du système assument certains compromis en matière de confiance.

Par exemple, il n'existe actuellement aucun mécanisme direct pour punir les mauvais acteurs. Bien que cela changera à l'avenir lorsque le staking du LINK sera opérationnel, le système n'exige pas pour l'instant que les opérateurs de nœuds mettent en jeu des tokens LINK. Cela signifie que Chainlink s'appuie actuellement sur une sécurité qui dépend d’incitations implicites. Celles-ci comprennent une perte de revenus pour les opérateurs de nœuds par le biais d'une atteinte à la réputation, car les acteurs malveillants seraient moins susceptibles de recevoir de futures demandes de données, ainsi qu'une baisse potentielle du token LINK.

Un compromis à considérer est qu'il y a plus de latence pour un système comme celui d’UMA qu'avec celui de Chainlink. Alors que les flux de prix de Chainlink fonctionnent à partir d'un “heartbeat” (battement de cœur) qui se met à jour continuellement à un intervalle de temps donné, la période de contestation pour le DVM d’UMA dure 48 heures. Par conséquent, le système de Chainlink peut être adapté à un ensemble plus large de cas d'utilisation que celui d'UMA.

Alors que les oracles de Chainlink sont testés sur le terrain depuis longtemps, Vitalik soutient qu'Uniswap peut remplir une niche en servant d'oracle pour les protocoles prêts à tolérer une latence accrue en échange d'un "mécanisme automatisé" pour punir les acteurs malveillants. Bien que les oracles semblent être complémentaires, si le système d'Uniswap gagne en popularité, on peut se demander s’il ne pourrait pas grignoter des parts de marché de Chainlink.

Suite de l’article la semaine prochaine !


👉 Les actions à entreprendre

  • Lisez la proposition de Vitalik

  • Réfléchissez à si UNI devrait ou non devenir un token d’oracle (vous pouvez donner votre avis sur les forums !).


🔎 Le zoom sur l'auteur

Ben Giove est le président de Chapman Crypto et un analyste pour le Blockchain Education Network (BEN) Crypto Fund, un fonds crypto géré par des étudiants et construit sur le protocole Set. Il est également un heureux membre de Bankless DAO !


🇬🇧 💬 🇫🇷 Cet article est une traduction d'un contenu original publié sur BanklessHQ le 9 juin 2021. Ce contenu a été traduit et édité par Jon.


📰 Les newsletters & infos pratiques


ℹ️ Nous suivre ailleurs


⚡ Cette newsletter ne fait pas figure de conseil financier ou fiscal. Elle est strictement éducative, il ne s’agit pas de conseils d’investissement ou de propositions d’achat ou tout autre type de décisions financières. Cette newsletter ne comporte pas de conseils juridiques. Parlez-en à votre comptable. Faites vos propres recherches.